liquor store
Accueil » 669 magasins d'alcool de l'Ontario vont fermer en raison de la grève de la LCBO

669 magasins d'alcool de l'Ontario vont fermer en raison de la grève de la LCBO

Bloomberg La Régie des alcools de l'Ontario a annoncé que, pour la première fois en 97 ans d'histoire, elle se mettait en grève. Cette nouvelle survient après que 10 000 employés syndiqués n'ont pas réussi à conclure une entente. L'insécurité de l'emploi est une préoccupation majeure du syndicat alors que le gouvernement modifie le paysage de l'alcool. La grève entraîne la fermeture de 669 magasins d'alcool dans la province.

La LCBO a annoncé qu’elle fermerait tous ses magasins de détail pendant deux semaines. Elle rouvrira ensuite 30 magasins trois jours par semaine, en réduisant leurs heures d’ouverture. La LCBO a en quelque sorte le monopole de la vente d’alcool en Ontario. Pendant une longue période, elle était le seul endroit où les Canadiens pouvaient acheter de l’alcool en Ontario.

Mais qu'est-ce que cela signifie exactement pour les Canadiens vivant en Ontario ? Cela signifie-t-il que les résidents de la province ne pourront pas acheter d'alcool tout l'été ?

CTV News Toronto La LCBO a partagé une carte avec 2 300 magasins d'alcool de la province qui ne sont pas touchés par la grève. La carte interactive aidera les Canadiens assoiffés pendant que les employés syndiqués de la LCBO tentent de régler la situation.

« Cette nouvelle carte est une excellente façon de connecter les gens de toute la province aux produits locaux fabriqués en Ontario et de soutenir les centaines d'entreprises ontariennes et les milliers de travailleurs de l'Ontario qui fabriquent ces produits et servent les clients chaque jour », a déclaré le premier ministre Doug Ford dans un communiqué.

Le syndicat représentant les travailleurs en grève, le Syndicat des employés de la fonction publique de l'Ontario, a affirmé que le point de rupture était la tentative du gouvernement d'autoriser les entreprises privées de la région à vendre de l'alcool, provoquant ainsi une concurrence et des inquiétudes concernant l'insécurité de l'emploi.

Le National Post Il a été rapporté que 97 % des travailleurs ont voté en faveur d'une grève et que les travailleurs veulent que le gouvernement revienne sur l'initiative d'autoriser la vente d'alcool dans les épiceries.

« Nous voyons ce qui se passe », a déclaré Colleen MacLeod, présidente de la Régie des alcools du SEFPO, dans un communiqué. « Selon le plan de Ford, nous pourrions perdre des milliers et des milliers d’emplois et des millions de dollars en recettes publiques. Nous l’avons dit à l’employeur et vous savez ce qu’il a répondu ? « Nous ne pouvons pas garantir votre avenir. » Ce soir, l’été sec de Ford commence. »

Une série de problèmes pour la LCBO

En mai, l’un des plus importants importateurs canadiens, Spirits Canada, a exprimé son mécontentement à l’égard de la Régie des alcools de l’Ontario. Selon elle, le magasin d’alcools géré par le gouvernement réclamait des taxes sur les spiritueux vendus en 2023. Elle a également allégué que le Québec avait reçu des produits à un coût inférieur.

Le projet de loi « punitif » priverait les fournisseurs d’alcool comme Diageo et Bacardi de millions de dollars.

L'Ontario possède des politiques différentes de celles du Québec en matière d'alcool. La province est connue pour augmenter ses prix d'année en année.

La LCBO a expliqué que son raisonnement était que les résidents de l'Ontario paient jusqu'à 40 $ de plus que ceux des autres provinces pour certains produits alcoolisés. Elle a également rétorqué que les prix pratiqués par Spirits Canada nuisaient à ses clients.

En ce qui concerne la grève, le ministre des Finances de l'Ontario, Peter Bethlenfalvy, a partagé ses réflexions dans une déclaration sur X, anciennement connu sous le nom de Twitter:

« Nous sommes déçus par la décision du SEFPO de quitter la table de négociation quelques heures avant la date limite, déclenchant ainsi une grève et causant des inconvénients aux gens de l’Ontario. Nous sommes particulièrement déçus que le SEFPO s’oppose à ce que les consommateurs de l’Ontario aient le choix et la commodité d’acheter des boissons prêtes à boire, comme des panachés et des sodas, dans les épiceries et les dépanneurs. Nous sommes plus déterminés que jamais à tenir notre promesse de choix et de commodité en élargissant l’accès à la bière, au cidre, au vin et aux boissons prêtes à boire dans les dépanneurs, les épiceries et les magasins à grande surface à compter de cet été. »