Critique : Holmes Cay Belize 2006 16 ans contre Tamosi Obano-Oyo Belize 2006 (Cane Spirit Society)
Accueil » Critique : Holmes Cay Belize 2006 16 ans contre Tamosi Obano-Oyo Belize 2006 (Cane Spirit Society)

Critique : Holmes Cay Belize 2006 16 ans contre Tamosi Obano-Oyo Belize 2006 (Cane Spirit Society)

Il y a quelque temps, le révérend du rhum lui-même, Roger Barnes, m'a dit qu'il souhaitait constituer un groupe de personnes ayant un excellent goût en matière de rhum afin de faire ensemble ce qui individuellement serait presque impossible. Je sais que cela semble assez Avenger, mais son idée était que nous mettions tous de l'argent en commun afin d'acheter des bouteilles qui dépassent généralement le budget d'une seule personne.

C'est ainsi qu'est née la Cane Spirit Society et nous avons réussi à faire notre première dégustation le 10 avril (2024) chez Trailer Happiness. Nous avons comparé deux rhums du Belize, tous deux de la même année, du même âge, mais mis en bouteille par deux embouteilleurs indépendants différents – Holmes Cay et Tamosi. Ces deux marques sont très appréciées par les amateurs de rhum, il n'a donc pas été très facile de choisir une préférée. Sur cette note, j'examine de plus près mes échantillons et je partage mes résultats avec vous ici.

Holmes Cay Belize 2006 16 ans

Holmes Cay est un embouteilleur indépendant basé aux États-Unis et a été fondé par Eric Kaye dans le but de rechercher des rhums d'exception qu'il sortirait sans aucune falsification et toujours au brut de fût.

Ce rhum single cask (fût numéro 151) provient de la distillerie Travelers et a été entièrement vieilli dans le climat tropical du Belize.

Holmes Cay Belize 2006 16 ans est à base de mélasse, distillé en colonne et vieilli pendant 16 ans dans un ancien fût de Bourbon. Mis en bouteille à 61% ABV sans aucun additif.

Au nez, il sent riche et épicé. Hibiscus séché, mélasse de grenade, griotte et muscade. Pommes rouges, piment de la Jamaïque, vanille et Porto. Ce n’est pas aussi intense que l’ABV aurait pu le suggérer. Prunes riches, figues séchées et traces de fumée tourbée. Vieux livres poussiéreux, fruits à noyau et baies rouges.

En bouche, l'ABV devient plus évident. Cerises aigres, fruits rouges, pommes rouges et gingembre frais. Hibiscus, grenadine et orange sanguine. Tout dans ce rhum crie simplement « rouge ». Prunes mûres, piment doux, poivre rose et fruits à noyau. Un peu de cannelle, de grains de cacao et de clous de girofle également. La finale est longue sur les fruits rouges et les épices chaleureuses.

Il est à la fois estival et hivernal, avec des pommes et des baies agrémentées d'épices de Noël et une belle sensation grasse en bouche. C'est un peu moins complexe que ce à quoi je m'attendais, mais c'est néanmoins très agréable.

Tamosi Obano-Oyo Belize 2006

Tamosi est un embouteilleur indépendant basé aux Pays-Bas et a été fondé par Benjamin Boothe dans le but de raconter des histoires tout en dégustant un fantastique verre de rhum. Chaque flacon contient un récit imprimé d'histoires des peuples originels des Caraïbes (les Arawaks, les Caraïbes, les Warau, les Akawaios, les Macusi) ainsi que des histoires rapportées du continent africain.

Pour cette version, l'étiquette arrière parle d'Obano Oyo Koyaha qui est considéré par les Arawakas comme l'Esprit Mère de la Terre et l'étiquette avant représente le singe tamarin ailé qui est une manifestation visuelle de l'esprit de la Terre. Il s'agit également d'un rhum single cask de Travelers Distillery, mais il a vieilli au Belize pendant 13 ans avant d'être transféré en Europe pendant les 3 années suivantes.

Tamosi Obano-Oyo Belize 2006 est à base de mélasse, distillé en colonne et vieilli pendant 16 ans dans un ancien fût de Bourbon. Mis en bouteille à 58,6% ABV sans aucun additif.

Au nez, les épices du chêne ressortent vraiment. Clou de girofle, cannelle, gingembre et cirage. Cerises aigres, meubles neufs et allumettes brûlées. Cela semble plus boisé et le Holmes Cay. Chêne carbonisé, mélasse et prunes en conserve. Raisins secs, encre et marmelade. Biscuits grillés et confiture de fraises également.

En bouche, il présente une bouche agréable et épaisse. Cerises aigres, mélasse de grenade, marmelade et fruits à noyau. Confiture de fraises, éclats de cacao et poivre de Cayenne. C'est plus épicé et riche que ce à quoi je m'attendais. Prunes riches, clous de girofle et cannelle. Mûres, chêne carbonisé et amandes grillées. La finale est longue avec du Porto et des épices chaleureuses.

Je pense que c'est la complexité et l'intensité qui me manquaient à Holmes Cay. La sensation en bouche est meilleure, les arômes qui enrobent ma bouche et les épices apportées par le chêne sont plus prononcées. Je trouve ça drôle étant donné que c'est le Holmes Cay qui a été entièrement tropical contrairement au Tamosi, mais je suppose que cela prouve que le vieillissement climatique n'est pas toujours tout.

Je pense que c'est assez évident, mais je préfère le Tamosi Obano-Oyo Belize 2006 au Holmes Cay Belize 2006 16 ans – ce sont tous les deux des rhums fantastiques, mais le Tamosi est certainement l'un des meilleurs rhums que j'ai goûtés jusqu'à présent. année. Le Holmes Cay peut être acheté pour 125 £ tandis que le Tamosi est un peu plus épicé à 145 £. Ils valent tous les deux la peine d’être achetés, mais si vous pouvez économiser un peu plus d’argent, je recommanderais certainement ce dernier.

Je ne pourrais pas évaluer ces rhums sans faire partie de la Cane Spirit Society, alors assurez-vous de nous soutenir et de suivre notre Instagram pour voir ce que nous faisons.

Rhum Holmes Cay Belize 2006 16 ans d'âge :
Saveur/goût : 55/70
Rapport qualité prix : 14/15
Transparence/pureté : 15/15
Globale : 84/100

Rhum Tamosi Obano-Oyo Belize 2006 :
Saveur/goût : 58/70
Rapport qualité prix : 14/15
Transparence/pureté : 15/15
Globalement : 87/100

Acclamations!