Tout ce que nous savons sur la 14e série Octomore de Bruichladdich
Accueil » Tout ce que nous savons sur la 14e série Octomore de Bruichladdich

Tout ce que nous savons sur la 14e série Octomore de Bruichladdich

Mardi, la distillerie Bruichladdich a dévoilé le 14e volet de sa série annuelle Octomore, la gamme de scotchs très recherchés et fortement tourbés de la marque.

Lancée pour la première fois en 2008, Octomore est largement considérée comme la série de whisky écossais la plus tourbée au monde, chaque version cherchant à explorer les différences entre le type d’orge, le type de fût et les niveaux de tourbe qui confèrent à la saveur. La version de cette année comprend trois bouteilles : 14.1, 14.2 et 14.3, chacune étant vieillie pendant cinq ans et mise en bouteille à un degré proche du degré de fût.

« Tout ce que nous faisons à la distillerie Bruichladdich consiste à explorer les principes fondamentaux de la fabrication du whisky – en considérant comment et où notre matière première est cultivée, en comprenant l’influence du terroir et en expérimentant avec une variété de fûts », explique Adam Hannett, directeur de la distillerie Bruichladdich. « Ces fondamentaux sont inhérents à chaque série Octomore, et la dernière collection n’est pas différente. »

Octomore 14.1 est décrit par la distillerie comme l’épine dorsale de la version en série de cette année, servant de point de référence pour les versions 14.2 et 14.3 à comparer. 14.1 est distillé à partir d’orge 100 % écossaise et malté à 128,9 parties par million (ppm) avant de vieillir dans d’anciens fûts de whisky américain. À titre de référence, pour être considéré comme un scotch fortement tourbé, le whisky n’a besoin que d’être malté à 30 ppm, ce qui démontre la quantité de fumée qu’il y a dans cette bouteille. Octomore 14.1 est destiné à montrer la finesse entre le whisky, la fumée et le fût et, selon la distillerie, confère des notes de caramel sucré, de vanille et des notes d’agrumes parmi la fumée tourbée.

Comme le 14.1, l’Octomore 14.2 est également tourbé à 128,9 ppm et distillé à partir d’orge maltée 100 % écossaise. Le 14.2, cependant, passe ses cinq années dans une combinaison de fûts d’Oloroso et d’Amarone. Les différents fûts confèrent des saveurs de café torréfié, de groseille et de riches notes de gâteau aux fruits portées par une vague de fumée, selon Bruichladdich.

Malté à 214,2 ppm, Octomore 14.3 est le scotch le plus tourbé du lot de cette année et est distillé exclusivement à partir d’orge provenant de la maison du distillateur d’Islay, afin de démontrer l’influence du terroir sur la saveur. Vieilli dans une combinaison de fûts de bourbon et de fûts de vin de deuxième remplissage, Bruichladdich décrit en bouche des arômes de purée sucrée avec du caramel anglais, de vanille douce et de fumée terreuse.

Les trois embouteillages de la série Octomore de cette année — 14.1, 14.2 et 14.3 — sont disponibles sur le site de la distillerie. site web et chez certains détaillants de whisky au prix de détail suggéré de 219,99 $, 259,99 $ et 299,99 $, respectivement.