Review: DropWorks Funk Drop Rum
Accueil » Critique : Rhum DropWorks Funk Drop

Critique : Rhum DropWorks Funk Drop

DropWorks est la toute dernière marque de rhum britannique à apparaître sur le marché – on pourrait dire que c’est le petit nouveau cool du quartier. Je suis allé à leur soirée de lancement plus tôt cette année en mai à la Merchant House et je dois dire que cela a piqué mon intérêt. Eh bien, j’ai déjà été séduit dès que j’ai découvert qu’il était fabriqué dans le Nottinghamshire, en Angleterre, mais le fait qu’ils expérimentent diverses méthodes de fabrication du rhum m’a vraiment intrigué.

Lewis Hayes, le propriétaire de la distillerie, travaille dans l’industrie hôtelière depuis environ 18 ans et est propriétaire de deux des bars à rhum les plus vénérés de Londres, Merchant House et Black Parrot. Sa vision pour DropWorks est de fabriquer du rhum moderne avec une attitude « le rhum est amusant », mais sans arômes douteux ni marketing trompeur. Avec Shaun Smith comme distillateur en chef, ils ont une approche entièrement pratique avec de nombreuses recherches derrière afin de bien faire les choses – ils n’hésitent pas à expérimenter diverses matières premières, la levure ou même de la boue et du dunder.

Considérée comme la plus grande distillerie de rhum d’Europe, DropWorks Distillery a une capacité de production d’environ 2 millions de bouteilles de rhum par an et met actuellement en fûts 2 barils par jour. Ils préparent de nombreux barils uniques et intéressants qui seront commercialisés à l’avenir sous le nom de « Drop » – d’où le nom.

Ils sont tous tournés vers l’avenir, c’est pourquoi leur double cornue est toujours la première en Angleterre, ils sont les premiers à importer du miel de canne et ils sont les premiers à utiliser leur propre souche de levure sauvage, qui sont trois souches différentes de levure vivant en symbiose – c’est une première mondiale, selon Lewis. De plus, comme un petit fait amusant, il semble que la distillerie DropWorks soit plus proche des Caraïbes qu’Hawaï !?

Sur le Funk, il s’agit de leur rhum blanc non vieilli overproof qui a été développé après quelques essais. Ils ont opté pour un rhum monomarque fermenté avec du miel de canne, ou du sirop de canne si vous préférez, pendant 8 à 10 jours en utilisant leur tri-levure (c’est moi qui ai trouvé ce nom, ne les essayez pas) et à base de mélasse. dunder (stillage). Il était ensuite distillé avec de la boue à base de mélasse sur leur alambic à double cornue.

Oui, j’ai demandé ce qu’il y avait dans la boue – c’est simplement de la vieille bêtise. Ils prennent le reste de la liqueur laissée dans l’alambic après distillation avec de la mélasse et l’ont vieilli sans rien ajouter d’autre. Il est constamment complété après chaque utilisation, comme une sorte de mélange perpétuel de boue. Cela ne semble pas aussi graphique que la boue légendaire des stands de Jamaïque.

DropWorks Funk Rum est à base de sirop de canne, fermenté pendant plus d’une semaine avec du dunder, puis distillé en pot avec de la boue vieillie. Mis en bouteille à 63% ABV sans aucun additif.

Au nez, il y a définitivement une sorte de funk. Cendres, liqueur de marasquin, boules de naphtaline et fruits à noyau non mûrs. Vapeurs de peinture, sucre de palme, umeshu et caramel. Il a un profil à la fois sucré et médicinal. Flocons de fraises, confiture de pêches, mûres et une touche d’origan. Un peu de liqueur de violette également.

En bouche le funk revient. Mandarines, confiture de fraises, goyaves et bananes mûres. Bois de santal, thé noir et réglisse. C’est plus fruité et funky en bouche, cela me rappelle en fait Worthy Park dans une certaine mesure. Quelques herbes avec un profil rappelant le mezcal également. Vernis à ongles et arômes cendrés. La finale est longue sur des notes médicinales et d’umeshu.

Les rhums britanniques overproof sont vraiment sur le point de défier les Caraïbes avec des expressions telles que Hurricane de l’île de Man, Sugar House Overproof (malheureusement, je n’ai pas eu le temps de l’examiner) d’Écosse et cette version du Nottinghamshire, en Angleterre. Rhum anglais avec une touche de saveur jamaïcaine et une touche de complexité mezcal – délicieux !

Comme je l’ai dit, DropWorks est le nouveau cool kid du quartier et vous devez le rencontrer. Si vous êtes fan des overproofs jamaïcains, donnez une chance au Funk Drop. Cette bouteille au look amusant est à un prix tout à fait raisonnable à 42 £ (La bourse du whisky).

Score du rhum DropWorks Funk Drop :
Saveur/goût : 55/70
Rapport qualité prix : 15/15
Transparence/pureté : 15/15
Globalement : 85/100

Acclamations!