Review: Devil's Bridge Spiced Rum
Accueil » Critique : Rhum épicé Devil’s Bridge

Critique : Rhum épicé Devil’s Bridge

Vers le XIe siècle, le Diable visitait le Pays de Galles dans les hautes montagnes près d’Aberystwyth lorsqu’il rencontra une vieille femme qui semblait bouleversée. Sa vache avait traversé la rivière et elle n’a pas pu la récupérer. Le Diable a vu l’opportunité et a dit à la femme qu’il construirait un pont pour l’aider, mais qu’en échange il réclamerait la première âme qui le traverserait. Elle a accepté le marché et est donc revenue le lendemain matin sur un pont merveilleux. Le Diable espérait récupérer son âme, mais avant qu’il ne s’en rende compte, la femme a jeté une miche de pain sur le pont pour que son fidèle chien puisse l’attraper. Le Diable était furieux, criant que le chien ne lui servait à rien, puis il a disparu. C’est l’histoire galloise derrière le Le Pont du Diable inspiration de la marque.

Il s’agit d’un rhum épicé composé d’une collection intéressante d’épices : gingembre, vanille de Madagascar, cassia, piment de la Jamaïque, macis et clous de girofle qui sont assez classiques, mais il contient également des ingrédients gallois plus inhabituels qui correspondent en quelque sorte à l’histoire ci-dessus : Glengettie. Thé noir, Bara Brith et beurre Shirgar Carmarthenshire (essayez de prononcer cela rapidement 3 fois de suite). Maintenant, pour expliquer ces étranges épices…

Glengettie est un mélange de thé noir composé de thés du Kenya et d’Assam qui a été introduit au Pays de Galles il y a 50 ans et c’est un favori local.
Le Bara Brith, traduit du gallois par pain moucheté, ressemble plus à un gâteau qu’à du vrai pain tel que nous le connaissons. Il est traditionnellement composé de beurre, d’épices et de fruits secs, parfois trempés dans du thé. Il semble donc que tous les ingrédients du rhum soient là pour mettre en valeur et compléter le Bara Brith.
Le beurre Shirgar Carmarthenshire est une marque emblématique de beurre gallois.

Les épices sont trempées dans un mélange de rhums vieillis d’origine caribéenne avant d’être redistillées afin d’en sceller les arômes. C’est un combo assez curieux, je n’ai jamais entendu parler de pain ou de beurre utilisé dans les rhums épicés, c’est pourquoi j’ai envie de m’y essayer. J’ai essayé de demander à quoi ressemble/fonctionne la distillation du rhum infusé avec du pain et du beurre, mais malheureusement, on m’a dit que c’était un secret.

Le rhum Devil’s Bridge Spiced est à base de mélasse, probablement distillé en pot et en colonne et vieilli pendant une durée indéterminée avant d’être aromatisé avec diverses épices et ingrédients gallois – la redistillation a lieu dans un alambic. Mis en bouteille à 42 % ABV – Je ne sais pas combien de sucre il contient, mais il est décrit comme ayant un profil sec.

Au nez, les épices sont effectivement très subtiles. Thé noir, Fernet Branca, vernis à ongles et zeste de citron. Piment de la Jamaïque, pommes rouges, cirage pour meubles et cuir neuf. On a l’impression qu’il y a du funk jamaïcain qui transporte les épices. Mangue, goyave, fraises et ananas trop mûrs. Un peu de cola et de poivre rose également.

En bouche, c’est effectivement sec. Fernet Branca encore, zeste de citron, thé Earl Grey et ananas trop mûr. Goyave, fraise, muscade et piment de la Jamaïque. Le rhum brille vraiment avec les épices qui le complètent depuis les coulisses. Racine d’angélique, cannelle, clous de girofle, biscuits et mangue. Il possède également une couche médicinale avec des notes herbacées comme le safran et le genièvre. La finale est de longueur moyenne avec des fruits tropicaux et des saveurs terreuses amères.

Je vais être honnête, j’étais un peu sceptique lorsqu’on m’a demandé d’essayer ce rhum épicé présenté dans une bouteille rose-rougeâtre, mais je dois dire qu’il est pour le moins intéressant. On a l’impression qu’on a ajouté quelques gouttes de Fernet Branca à un rhum jamaïcain estéreux, c’est fruité, herbacé et légèrement amer. Honnêtement, je ne ressens pas l’influence du Bara brith ou du beurre et je pense que le thé prend le dessus sur la plupart des épices – ce qui n’est pas une mauvaise chose, j’adore le thé (comme vous le verrez bientôt sur mon blog), c’est juste bizarre parce que c’est sur cela qu’ils semblent s’appuyer en termes de marketing.

Ne vous attendez pas à un doux gâchis de vanille et d’épices de Noël. Si je ne le savais pas, j’aurais été réticent à dire que c’était un rhum épicé, il est sec, les épices sont subtiles et le rhum de base transparaît – si je devais deviner, je dirais qu’il y a certainement du distillat jamaïcain et potentiellement du Composante République Dominicaine, mais ce n’est qu’une hypothèse.

Son prix est de 39 £ (Amazone), ce qui est juste un peu plus que ce que je serais prêt à payer, mais si vous voulez un rhum épicé unique, c’est un excellent choix.

Score du rhum épicé Devil’s Bridge :
Saveur/goût : 49/70
Rapport qualité prix : 14/15
Transparence/pureté : 14/15
Globalement : 77/100

Acclamations!