Heineken lance H71

H71, ça ressemble à un nom de code mais en réalité c’est la nouvelle innovation de Heineken, le brasseur néerlandais. Nous avons eu la chance de la découvrir hier soir dans le nouveau lieu parisien à la mode : La Maison Sage. Retour sur ce nouveau produit qui va vous réconcilier / faire encore plus aimer (rayer la mention inutile) avec la marque à l’étoile rouge.

C’est autour d’un dîner concocté par un chef argentin prestigieux que nous avons écouté Willem Van Waesberghe, Maître Brasseur nous expliquer les origines de cette nouvelle bière.

L’histoire de cette nouvelle bière

H71 ? Pourquoi ? H pour Heineken, 71 pour la longitude où Diego Libkind, un chercheur argentin a trouvé une levure à l’état sauvage en plein coeur de la forêt patagonienne. Il décide d’étudier cette levure. Il découvre que cette souche est à l’origine de toutes les levures qui composent les bière Lager, dont la bière traditionnelle Heineken Classic Lager. Une sorte de point 0 de la levure… Mais surtout, une occasion unique pour Heineken de s’amuser avec cette découverte sans dénaturer l’ADN de sa bière. 

C’est donc Willem Van Waesberghe et ses équipes qui vont se charger de travailler sur cette mission. Deux ans plus tard, la Wild Lager est créée, entièrement brassée à partir d’une levure sauvage.

Fraîcheur et caractère

Cette bière blonde aux reflets cuivrés est une vraie découverte et une vraie nouveauté dans l’environnement Heineken. Aussi fraîche qu’une lager traditionnelle, elle est plus caractérielle, moins fade et propose une complexité gustative qui la fait se rapprocher des bières dites de spécialité.

On sent le miel, le caramel, la forêt patagonienne… Même si elle apparaît douce au prime abord, elle laisse un goût plein de caractère en bouche et pétille parfaitement. Facile à boire, elle n’est pas ennuyeuse pour autant.

C’est la première fois en 140 ans d’existence que Heineken innove à ce point. Par ailleurs, la marque nous a confié que d’autres wild lager allaient sûrement voir le jour.

Une manière pour le brasseur de se repositionner sur un marché de la bière toujours plus dynamique. Une manière également de faire face à des brasseries artisanales qui mettent le goût et l’originalité de leurs brassins en avant.

Chez Distilleurs, on l’affirme sans sourciller, ce pari est une belle réussite et on a déjà hâte de commander une H71 lors de nos prochaines soirées.

A propos de Fabrice Plazolles

Amateur de rhum plus que de whisky, je navigue entre les verres vides pour reprendre une tournée de copains.